Choisir un amplificateur audio : Les éléments à prendre en compte

amplificateur audio

Avant d’arriver à l’oreille humaine, le son provenant d’une source audio comme un lecteur numérique ou un microphone doit être amplifié. La qualité sonore dépend d’ailleurs de l’élément qui se charge de cette amplification, l’amplificateur. Tour d’horizon sur ce dispositif essentiel de tout système audio.

Amplificateur audio, à quoi ça sert ?

Dans un système audio, l’amplificateur reste l’élément essentiel sachant que le rendu final sonore dépend en grande partie de cet appareil. En plus clair, plus l’amplificateur audio est de qualité et plus le son produit par le système audio est meilleur. Du point de vue technique, il s’agit d’un dispositif électronique, composé principalement de tubes et une série de transistors, et qui est capable de booster tout signal audio provenant d’une source donnée. Cette dernière peut être un microphone, un lecteur audio, ou encore un instrument de musique. Ainsi, les signaux audio sortant de ces appareils et qui sont généralement faibles seront augmentés en traversant l’amplificateur.

Sur le marché, il existe de nombreux modèles d’amplificateurs audio présentant des différences de puissance d’amplification, et à choisir en fonction de ses besoins. Ainsi, vous pouvez acheter par exemple un ampli professionnel avec une puissance de 4.000W, ou juste un mini amplificateur de 2x20W.

Les critères de choix d’un ampli audio

Avant d’acheter un amplificateur audio, il faut bien évidemment définir votre budget sachant que les modèles vendus sur le marché diffèrent principalement au niveau du prix. La fourchette de prix est très large, car on peut aussi bien trouver des minis amplis à moins de 100 € que des modèles professionnels de plus de 1 000 €.

Ainsi, pour choisir son ampli audio, il faut tenir compte du prix, mais également de ses exigences. Plusieurs critères entrent alors en jeu, à commencer la puissance désirée. Si vous cherchez par exemple à sonoriser votre salon, un amplificateur affichant une puissance de 2×20 watts suffira amplement à combler vos attentes. Cela conviendra en tout cas à animer vos soirées karaoké à la maison. Sachez toutefois que la puissance dépend également de la sensibilité des enceintes que vous souhaitez associer à votre amplificateur.

Même si elle est aujourd’hui un peu négligée, l’impédance de sortie d’un amplificateur est aussi un point à vérifier avant d’en acheter un. Ayant comme unité de mesure l’Ohm, l’impédance est par définition le niveau de résistance d’un ampli donné face au passage du courant à l’intérieur.

Sur la fiche technique d’un amplificateur, vous remarquerez également d’autres caractéristiques à prendre en considération. On cite par exemple la bande passante, mesurée en Hz. Plus la bande passante d’un ampli est élevée et plus le son à la sortie est plus détaillé. On retrouve également le rapport signal et bruit ou encore la distorsion (plus elle est proche de 0, mieux c’est !).

Le critère à ne surtout pas négliger non plus lorsqu’on choisit un amplificateur audio est la connectique. Un bon amplificateur doit par exemple posséder plusieurs entrées RCA qui lui permettront d’amplifier le son provenant de différentes sources (lecteur CD, tuner…) sans avoir à débrancher et rebrancher les fiches à chaque fois. Les amplificateurs modernes embarquent, en plus des connectiques classiques, des connecteurs USB qui permettent de lire directement les fichiers audio stockés sur une clé USB. Les amplis récents présentent également de nouveaux types de connectique, comme l’entrée HDMI ARC (Audio Return Chanel), ou encore une connectivité sans fil via Bluetooth.

Les préamplificateurs audio

En règle général, un amplificateur audio permet d’amplifier un signal de manière constante, c’est-à-dire que le rapport entre le signal d’entrée et le rendu final est fixe. Pourtant, les signaux générés par un microphone ou autres sources audio ne sont pas toujours stables, d’où la nécessité d’utiliser un autre appareil avant l’amplificateur, appelé tout simplement préamplificateur. Avant d’arriver dans l’amplificateur proprement dit, le signal passe donc à travers le préampli qui se charge d’ajuster le volume du son, la balance ou encore la tonalité, avec comme objectif d’avoir un niveau sonore stable.

Différence entre ampli intégré et ampli séparé

Il est toutefois à noter que ce système de préamplification peut parfois être intégré à l’intérieur même de l’amplificateur. Au lieu d’acheter des éléments séparés, c’est-à-dire amplificateur et préamplificateur, on peut ainsi tout à fait opter pour les amplis intégrés. Ces derniers se chargent alors dans un premier temps du traitement du signal sonore afin de l’ajuster, avant de passer ensuite par l’étape amplification, c’est-à-dire d’amplifier suffisamment le signal avant de l’envoyer vers les enceintes.

L’inconvénient avec ce système avec préamplifcation intégrée réside au fait que le rayonnement entre la partie préampli et la partie ampli peut être néfaste. Ce qui explique pourquoi ce genre de système ne se rencontre que dans les amplis de faible puissance, c’est-à-dire les amplis du milieu de gamme, comme le mini ampli audio. Les systèmes sonores professionnels sont obligatoirement constitués d’un, voire plusieurs préamplificateurs, et d’un amplificateur de puissance séparé.